Pianos Magne
Pianos Magne

Accueil > Les nouvelles > Restauration d’un Pleyel 1bis de 1903

Restauration d’un Pleyel 1bis de 1903

jeudi 7 novembre 2019, par Grégoire Magne
mis à jour samedi 24 avril 2021

- restauration en cours -

Ce Pleyel modèle 1bis, dit “ordinaire de concert”, datant de 1903, fait l’objet d’une restauration complète, concernant les cordes et chevilles, le sommier, la mécanique, ainsi que le meuble.
La table d’harmonie, qui n’a jamais encore été restaurée dans la "vie" de ce piano, est toujours, aujourd’hui, dans un état parfait.

7 novembre 2019

Dépose des cordes et chevilles, préparation avant dépose du cadre.

6 février 2020

Préparation du clavier : nettoyage des touches.

juin 2020

Le meuble, dont le placage en palissandre des Indes est en bon état, a été intégralement décapé et nettoyé.

février 2021

Après une pause, destinée à la restauration d’autres pianos, le travail reprend sur le Pleyel 1bis, qui a été vendu.

Nettoyage du châssis de clavier, et, après désoxydation des pointes, remplacement du feutre de repos des touches.

Les garnitures de mortaises de clavier, ainsi que les cuirs des attrapes, doivent être remplacés. Sur les photos ci-dessous, le remplacement des cuirs est en cours, et les garnitures de mortaises ont été décollées.

Côté structure harmonique, après réfection de la dorure du cadre et remplacement du sommier, il reste à refaire le vernis de table.

Dans ce but, le cadre a été déposé

Vues de la table avant le raclage du vernis

Révision de la mécanique

Nettoyage de tous les éléments (ici les marteaux), vérification des pivots, petites réparations. Les fils de centre formant axes des fourches de marteaux sont remplacés, les anciens étant tordus et oxydés.

Une petite réparation :
l’un des "T" de rechute était cassé dans le bois, à un niveau ne permettant pas de l’extraire ;

  • perçage
  • mise en place d’un tourillon
  • reperçage et mise en place d’un nouveau T (récupéré sur une mécanique conservée comme réserve de pièces)

Remontage des peignes et marteaux, après nettoyage, polissage et vernis des peignes

Graphitage des points de friction, dessus de bâtons d’échappement et talons de chevalets (photo ci-dessous)

Alésage des pivots des fourches de marteaux

Préparation de la table et des chevalets avant vernis :

  • raclage de l’ancien vernis
  • ponçage
  • passe de graphite sur les chevalets

Vernis de table, première passe

Préparation du cadre ; préparation de gabarits pour la découpe des garnitures de feutre au droit des pointes d’accroche

Vernis de table en cours

Replacement des garnitures de casimir des galeries d’étouffoirs

Préparation de la sous-face du piano avant application d’un vernis neuf, sur la table et le barrage.

Le dessous du piano, table d’harmonie, barrage et ceinture, ainsi que le plateau du clavier, ont été revernis à neuf.

Repose du cadre en fonte.

Après la remise en place, il faut vérifier la charge sur les chevalets, et la bonne position en contact avec les cales, avant de le visser définitivement sur la structure.

Certaines cales ont été rabotées. Les voici avant remise en place et pose définitive du cadre.

Avant la remise en corde, la pose du cadre étant terminée, il reste à préparer les feutres de pression au niveau des chevilles et agrafes, du sillet, et des pointes d’accroche.

Le cadre est équipé, après noircissement des pointes d’accroche des cordes, comme Pleyel le faisait à l’époque de la fabrication de ses pianos à queue montés en cordes avec bouclettes.

La mise en cordes est en cours.

Mise en corde terminée !

Il reste, avant de pouvoir accorder puis régler et harmoniser, à terminer la préparation du clavier, dont les garnitures de mortaises doivent être remplacées.

Préparation du clavier.

Clavier et mécanique étant remise dans le piano (avant mise au point et réglages), la première mise au ton est faite ; il en faudra au moins trois pour stabiliser les cordes et la table d’harmonie, et il sera alors possible de faire le premier accord.

Dans le même temps, le clavier sera dressé, puis la mécanique réglée, et une fois le piano accordé, l’harmonisation viendra terminer le travail...

Préalable aux dressage du clavier, il faut rectifier les éléments qui se sont déformés avec le temps.
Souvent, sur un piano de cet âge, il est nécessaire de rectifier les surfaces de contact entre le plateau de clavier et la sous-face du châssis de clavier, car, malgré la qualité de fabrication, il est inévitable que les bois se déforment avec le temps. Sur de nombreux pianos à queue, on règle le contact au moyen de dômes, mais sur les Pleyel, on ne peut le faire qu’en ponçant.
Ci-dessous, le plateau est prêt.

Puis —en raison d’une "maladie" fréquente des Pleyel car les touches sont très fines et légères—, les touches voilées doivent être redressées, ce que l’on fait en exerçant une contrainte sous une source de chaleur, après avoir mouillé le bois.

Le clavier est prêt à être dressé, puis viendront rapidement les réglages mécaniques.