Pianos Magne
Pianos Magne

Accueil > Les nouvelles > Entretien d’un piano à queue

Entretien d’un piano à queue

jeudi 4 juin 2020, par Grégoire Magne
mise à jour lundi 29 juin 2020

L’entretien du piano est l’ensemble des opérations techniques nécessaires à son bon fonctionnement. Il englobe le nettoyage, la résolution de pannes mineures et la recherche des causes de bruits parasites, le remplacement et/ou la réparation de pièces mécaniques, l’accord et l’harmonisation, ainsi que l’ensemble des réglages du bloc mécanique et clavier.

Ce piano Pleyel, fabriqué par Schimmel en 1983, a été joué régulièrement mais modérément. Accordé régulièrement, il n’a pas été entretenu en profondeur depuis sa fabrication.
Il ne présente pas de problèmes majeurs, mais, au fil du temps, les marteaux se sont marqués, les feutres se sont tassés, et plus aucune cote de réglage d’origine n’est encore correcte ; le toucher est plus lourd, irrégulier, et évidemment, la qualité de jeu et le son s’en ressentent.

Sa révision intégrale est l’occasion de présenter ici quelques unes des étapes principales de l’entretien d’un piano à queue qui est par ailleurs en très bon état structurel et mécanique. Aucune pièce n’a été changée, en dehors des mouches du clavier.

Ci-dessous, ensemble clavier et mécanique avant le début du travail d’entretien et de révision.

Clavier et mécanique vont être intégralement démontés.

En premier lieu, l’ensemble des touches est nettoyé, ainsi que le châssis de clavier, et tout particulièrement les pointes de balancier et d’enfoncement.
Pour chaque touche, on vérifie et rectifie l’alésage au balancier, et le tassements des feutres de mortaises. Aucun remplacement de feutres de mortaise n’a été nécessaire sur ce piano.
(Voir sur cette page un remplacement des garnitures de mortaises du clavier d’un Steinway modèle O)

Puis, après rectification du bon contact du châssis sur le plateau du piano (réglage au moyen des dômes sur ce piano), on procède au dressage du clavier.
Les bonnes cotes de réglage, position au repos des blanches et des noires et enfoncement, sont déterminées en fonction de la chasse (position des marteaux au repos par rapport aux cordes) et du point d’échappement.
(Voir une coupe sur une mécanique de piano à queue sur cette page, qui donne également les noms de ses principaux éléments)

Dressage du clavier au repos

Réglage de l’enfoncement

La mécanique, quant à elle, a été intégralement révisée et pré-réglée :

  • tous les pivots des marteaux et des chevalets ont été vérifiés, leurs axes et garnitures éventuellement remplacées, lubrifiés ;
  • toutes les positions des éléments mobiles ont été vérifiées et rectifiées si nécessaire : les marteaux doivent se placer exactement sous les cordes (réglage de leurs espacements réguliers, et de l’équerrage du débattement vertical), et les chevalets être placés également de manière régulière, exactement sous les rouleaux des marteaux ;
  • alignement correct des bâtons d’échappement, et centrage dans le levier de répétition ;
  • niveaux des bâtons par rapport aux leviers de répétition ;

ci-dessous, exemple de remplacement d’un pivot sur un autre piano :

Les autres réglages sont ensuite faits dans le piano :

  • l’échappement,
  • la chasse,
  • la rechute,
  • la tension du ressort du levier de répétition.

Bien sûr, le mécanisme des bascules d’étouffoirs a fait l’objet du même soin, et les étouffoirs ont été, après nettoyage des tiges, remis en place et réglés.

Puis on procède à l’harmonisation.

  • rectification ponctuelle du ponçage de certains marteaux,
  • piquage.

Les marteaux ont été préalablement poncés et pré-harmonisés par piquage, ensemble à l’étau.

Le mécanisme des pédales, et les éléments du meuble sont également entretenus et révisés.

Enfin, les manques de laque noire, à la suite d’ une mauvaise manipulation de transport, sont réparés.

réparation d’un choc sur l’oreille
réparation de deux éclats sur le dessus de la ceinture Sur la vue de droite, l’un est déjà poncé et désormais invisible

Voir en ligne : ce piano a été vendu